Rechercher
  • Biodanza-Paula

Critères pour la sélection des musiques en Biodanza par Maria Tereza Búrigo Marcondes Godoy


Introduction

La musique est un des éléments phare de la Biodanza. C’est elle qui a le pouvoir de déclencher des émotions et des sentiments et de donner une signification aux mouvements soutenus par notre monde émotionnel. Ainsi, sa sélection et son choix sont d’une importance fondamentale afin que les résultats soient réellement efficaces et en accord avec notre proposition de travail. Le critère n’est pas esthétique mais fonctionnel. Chaque ligne de vivencia a ses spécificités et le caractère de la musique, en plus d’être organique, doit être adéquat pour chacune d’elles. Bien sûr une même musique peut éventuellement servir à des lignes différentes. Dans ce cas, la consigne ou le climat de la séance est ce qui va donner le ton.

Un mouvement musical intégré nous amène à une danse intégrée. Les musiques pour la Biodanza doivent avoir un pouvoir déflagrateur immédiat où l’invitation est l’organicité, l’intégrité et la plénitude. – Sergio Cruz.

La Biodanza est très préoccupée par le choix des musiques à être utilisées car elles doivent s’ajuster aux besoins des potentialités que nous désirons développer. Le critère de choix des musiques n’est pas esthétique, mais fonctionnel. Pagés dit : « Nous avons besoin de musiques organiques, c’est-à-dire qui respectent les lignes physiologiques de base (rythme et fréquence cardio-respiratoire) qui renforcent les niveaux de régulation homéostatique ».

Toro définit comme musique organique presque toutes les formes de musique traditionnelle qui ont des attributs biologiques, comme la fluidité, l’harmonie, le rythme, le ton et l’unité des sentiments. Ce serait des musiques structurées à partir d’un noyau émotionnel ou d’une proposition fortement expressive, capables d’éveiller une réponse motrice et une profonde stimulation viscérale.

« [...] ce qui définit une musique organique est, en réalité, une projection de la musique de l’univers : le compositeur utilise, inconsciemment, des modèles de processus d’organisations biologiques. Quand la musique est chaotique, elle est aussi une expression des processus eschatologiques de l’univers. » (Toro)

La musique de Mozart est l’exemple de musique organique par excellence. Comme exemple de musique inorganique, nous pourrions citer la musique contemporaine, comme la musique électronique, la musique concrète ou sérielle, la musique synthétique et la musique aléatoire, entre autres. « La musique contemporaine a brisé d'une manière abrupte l'unité thématique, elle est devenue discontinue, elle a renié l'harmonie, elle a introduit la dissonance et des éléments aléatoires étranges, elle a mis en pièces les rythmes, elle est devenue atonale, elle a joué avec les silences et les différents volumes des sons, elle a utilisé la stridence et, finalement, le bruit. » (Toro)

On évite d’utiliser ces types de musique en Biodanza ou sinon de façon exceptionnelle, dans la ligne de la créativité, pour induire des vivencias particulières.

Il existe des divergences entre les musicologues quant au fait qu’une œuvre musicale exprime ou non des émotions. Toro croit à la première possibilité : « La sémantique musicale est une proposition de recherche qui a pour but l’étude des significations émotionnelles contenues dans la musique. » (Toro) Les études de sémantique musicale réalisées par différents musicologues tendent à démontrer que parmi les réponses de différents sujets existe une réelle convergence de contenu dans un même extrait musical ou un groupe d’extraits qui ont des caractéristiques formelles analogues.

Un exemple intéressant est l’expérience réalisée par Michel Imberty (rapporté par Toro). Il a demandé à différentes personnes de décrire avec des adjectifs l’impact émotionnel provoqué par l’écoute de certains extraits musicaux et il a constaté qu’il y avait des analogies entre ces descriptions. En Biodanza, la proposition du choix des musiques va dans le sens de la conception d’Imberty (Toro). Les adjectifs sont organisés selon les cinq lignes de vivencia : affectivité, créativité, sexualité, vitalité et transcendance.


Selon Toro, le critère de sélection pour le choix des musiques en Biodanza est :

-Cohérence entre prolepses et développement musical

Prolepse (du grec prolépsis) signifie anticipation. Les premières mesures d’une musique contiennent déjà l’embryon de la totalité. Pour avoir une cohérence entre prolepse et développement musical, cela signifie que celui-ci reprend un ou plusieurs éléments déjà annoncés dans celle-là. La prolepse doit déjà pouvoir induire un schéma de réponse affectif-moteur-expressif, qui déterminera les mouvements de danse laissant donc apparaître la vivencia. Les musiques dissociatives qui renforcent l’immobilité ou qui stimulent la réalisation de mouvements répétitifs et mécaniques ne font pas partie du répertoire musical de la Biodanza.

-Contenu émotionnel défini et intense

Le thème musical doit exprimer un contenu émotionnel défini et intense comme par exemple la tristesse, la joie, la mélancolie, etc. Ce contenu doit permettre la reconnaissance de la ligne de vivencia qui est travaillée à ce moment.

-Thème musical stable

En plus de l’intensité émotionnelle de la musique, il faut que le thème (ou le climat musical) soit stable. Des combinaisons de différentes significations émotionnelles dans une même musique empêchent une vivencia cohérente et harmonieuse.

-Thème musical qui exprime un état d’âme élevé

En considérant qu’une des propositions de la Biodanza est de stimuler l’inconscient vital, on donne préférence à des musiques qui expriment un état d’âme élevé. Des musiques à caractère triste ou mélancolique, qui représentent le clair-obscur de l’âme peuvent cependant être éventuellement utilisées.

« En chaque personne, l’exercice aura une résonance différente et certains seront plus mobilisés que d’autres. Le modèle inducteur cependant pointera toujours vers certains des cinq grands noyaux de vivencia. De cette façon, une musique unie à un exercice déterminé produira, chez chaque membre du groupe, des vivencias semblables bien qu’avec une intensité et des nuances différentes selon le degré de répression et de sensibilité. De même, un élève avancé, dans un groupe de débutants, expérimentera avec une plus grande intensité les vivencias invoquées par le modèle inducteur, étant donné que sa capacité à sentir est facilitée et sa répression est diminuée. » (Toro)

Après de nombreuses années d’études et d’observation de vivencia en Biodanza, Toro a trouvé la correspondance entre l’expression des potentialités génétiques de l’être humain et ses principales inspirations, lesquelles se développent autour des cinq lignes de vivencia. Les musiques en Biodanza sont choisies en accord avec la ligne de vivencia qu’on désire travailler. Pour chaque ligne, on utilise des types de musiques déterminés, choisies selon leur fonction. Nous relions ci-dessous, les caractéristiques désirées dans une musique pour travailler les différentes lignes de vivencia.


Ligne de la vitalité

Nous commençons et nous finissons généralement la partie pratique d’une session de Biodanza avec la ligne de vitalité, au moins par une ronde d’initiation et d’activation finale. La ronde est un mandala. Elle est symbolique et représente un espace de transformation. Jung associait le mandala au self, le centre de la personnalité totale. La musique de la ronde ouvre les portes pour que nous nous connections activement avec les compagnons et pour que nous entrions dans la sphère des archétypes. Le choix des musiques va dépendre de ce que l’on veut activer et éveiller. Nous utilisons généralement des musiques à caractère joyeux, euphorisant et énergétique, tant au début qu’à la fin.

Pour des vivencias comme marcher, sauter, jouer (qui sont fondamentales pour intégrer le groupe et l’harmoniser), les synchronisations, les danses et variations rythmiques et expressives, etc., nous utilisons des musiques avec un rythme marqué et rapide, euphoriques, joyeuses qui éveillent l’élan vital. Le rythme est tout et n’importe quelle organisation de mouvement dans le temps. Il est lié au désir de faire et à l’autodiscipline. Pour les vivencias de fluidité, de respiration et de mouvements segmentaires, nous utilisons des musiques avec un rythme moins marqué, plus lentes, plus tranquilles, permettant des mouvements plus fluides, plus flottants, plus ronds, plus légers, plus ralentis, dans une danse qui nous aide à échapper au temps, à l’espace et à la gravitation terrestre.


Ligne de la créativité

Pour la ligne de la créativité, nous utilisons des musiques avec des rythmes d’intensité différente et avec des mélodies de différent type et de différent caractère. Il est important que la musique nous stimule à naviguer dans le règne de l’imaginaire, en ouvrant un chemin pour la spontanéité et pour le jeu. Winnicott dit que c’est seulement quand la personne joue qu’elle reste libre pour créer – et c’est seulement quand la personne crée qu’elle découvre et a l’opportunité d’exprimer qui elle est. La musique de cette ligne doit aussi nous stimuler à expérimenter le nouveau, à oser, a avoir le courage de créer, à utiliser le corps pour cultiver la sensibilité et pour s’exprimer soi-même, par des mouvements toujours plus riches de façon chaque fois plus harmonieuse et agréable. Par la stimulation de cette ligne de vivencia, la personne va peu à peu comprendre qu’elle est le créateur de sa propre vie, en assumant la responsabilité de celle-ci.


La ligne de l’affectivité

Les musiques de cette ligne sont généralement très liées aux sentiments. La connexion entre musique et sentiment peut remonter aux premières relations avec la mère. Dans les rondes de bercement et dans les vivencias de caresses et de reparentalisation, les berceuses ont un rythme doux et balançant, générant une sensation de prévisibilité et de sécurité qui nous rappelle la sensation d’avoir été bercé par notre mère. Elle a une force de guérison immense, nous apportant la sensation de sécurité, d’appartenance, de confiance, de repos et de protection. Au son de ces chansons, nous pouvons doucement bercer notre enfant intérieur qui se sentira aimé. Dans une ronde de bercement, nous pouvons sentir la vibration de l’amour inconditionnel et de protection du groupe, comme nos battements cardiaques en synchronie avec la pulsation universelle.

Pour cette ligne, nous utilisons aussi des musiques où la mélodie (succession de sons) prédomine. Elles peuvent avoir un caractère lyrique, romantique et affectif, parfois avec un érotisme doux, ou un caractère tendre, chaud, agréable, chaleureux, nous ramenant à l’enfance. Elles éveillent généralement des sentiments de tendresse, de solidarité, de coopération, de compassion et de paix, mobilisant notre énergie amoureuse, notre désir de rencontre et de lien. Ce doit être des musiques qui « éveillent la sensibilité nécessaire pour créer des circuits de communication en feedback » (Pagés)

En écoutant ces musiques, nous pouvons développer la capacité à entendre avec le corps, à valoriser le corps comme moyen de créer de l’empathie avec les autres personnes, à abaisser les barrières, à nous approcher, à avoir du plaisir en présence et avec la présence de l’autre.


La ligne de la sexualité

Les musiques pour cette ligne ont une couleur émotionnelle, une intensité des sentiments et un rythme fluide et ondulant. Ce sont des mélodies érotiques, sensuelles, passionnées. Elles peuvent être rapides ou lentes. Elles amplifient la perception des cinq sens, surtout le toucher, et stimulent le plaisir cénesthésique. Elles permettent des mouvements ronds et ondulants, facilitent la vivencia de sensualité et d’abandon. Dans un simple mouvement segmentaire des hanches, par exemple, nous pouvons sentir la force de connexion entre le son et l’aire pelvienne. Les mots peuvent aider d’une façon secondaire. On utilise généralement des musiques chantées avec des voix rauques et veloutées. Des instruments comme le saxophone ténor, la clarinette ou la trompette avec une sourdine peuvent avoir un grand effet.

Fruits d’une culture qui associe le sexe au péché, nous devons souvent travailler avec une série de blocages dans certaines régions du corps qui rendent difficile le plaisir et la jouissance d’une vie sexuelle pleine et entière. Avec beaucoup de progressivité, il est possible de débloquer ces aires et d’amener la personne à considérer son corps comme un temple sacré et non comme une source de péché et à considérer la sexualité comme une force respectable et importante pour la création.


La ligne de la transcendance

« La vie quotidienne peut être exprimée par le langage, mais pas les événements qui la transcendent. La danse exprime ces transcendances. L’homme danse pour parler de ce qu’il honore ou de ce qui l’émeut. » (Garaudy)

Quand nous travaillons la transcendance, nous entrons en contact avec l’harmonique, le sublime, l’océanique, l’éternel, l’illimité. Les musiques de cette ligne doivent mettre l’accent sur l’harmonie (combinaison simultanée de différents sons). Elles sont associées à l’élévation de l’âme et à l’illumination, induisant des sentiments de tranquillité et d’harmonie intime.

Elles promeuvent généralement un voyage vers l’inconnu, vers l’inconscient, vers l’atemporel, amenant une sensation de fusion, de dissolution de soi, d’unicité transcendante avec toutes les formes de vie. Elles peuvent aussi promouvoir l’expérience d’extase avec soi-même, avec l’autre et avec l’univers. Ces musiques évoquent des images qui élargissent la conscience et facilitent la guérison de nombreux maux. Elles nous aident à affiner l’ouïe pour écouter l’univers.

Comme nous l’avons déjà dit avant, une même musique peut éventuellement servir à plus d’une ligne de vivencia, selon la proposition existentielle de la vivencia, la consigne, la courbe et le climat de la classe. Il revient au facilitateur d’avoir la sensibilité de choisir la musique adéquate pour chaque moment.


Considérations finales

La musique en Biodanza a une importance fondamentale et le critère de sélection n’est pas esthétique, mais fonctionnel. Le choix précis de la musique pour chaque ligne déclenche la vivencia qui permettra l’expansion de conscience et l’élargissement de l’univers de chacun.


Références bibliographiques

1. CAMPBELL, Don. L’effet Mozart

2. CRUZ, Sérgio. Biodanza – Dança, música, canto e a arte de ser

3. GARAUDY, Roger. Danser sa vie.

4. MONTELLO, Louise. Inteligência musical essencial

5. PAGÉS, Carlos. Biodanza e música

6. TOMATIS, Alfred. Ecouter l’univers

7. TORO, Rolando. La musique en Biodanza

8. ___________. Structure unitaire: musique – mouvement – vivencia

9. ___________. Biodanza

11 vues

Posts récents

Voir tout

Ecole de Biodanza Rolando Toro de Lyon, Association Vivre et Danser W691061660, ecolebiodanzalyon@sfr.fr +33(0)616861480

Mise à jour 12/10/2020

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Twitter Social Icon
  • Instagram