Rechercher
  • Biodanza-Paula

Biodanza: nouveau modèle de transmutation de l'énergie de Ruggero Grazioli

Joie, vitalité et bien-être sont des sensations que l’on éprouve à la fin d’une session de Biodanza. Le tonus général et l’humeur sont augmentés comme par enchantement. Si l’on avait au départ une sensation de fatigue et de tension, ils disparaissent tout de suite. Il est légitime de se demander comment ceci peut se passer. En général, on répond par intuition que l’on trouve beaucoup de motivations et qu’on est poussé dans ce chemin d’évolution qu’est la Biodanza. Mais il existe aussi un réponse plus rationnelle faite par Rolando Toro à travers l’illustration des modèles de transmutation d’énergie dans lesquels se trouvent l’écho de la sagesse millénaire de l’humanité et la connaissance des découvertes scientifiques les plus récentes. Leur connaissance est très importante parce qu’elle permet de mieux clarifier la signification de la Biodanza, qui a une modalité bien spécifique et qui réussit à obtenir des transformations dans un merveilleux cycle d’évolution avec des étapes caractéristiques.


Energie, une façon de décrire le monde

Le terme énergie, dans la pensée occidentale, est utilisé surtout dans le monde scientifique. Physiciens, chimistes et biologistes, avec ce mot, expriment des phénomènes qu’ils peuvent mesurer et calculer mathématiquement. Dans la pensée orientale, le terme est utilisé par des philosophes et des mystiques pour représenter des concepts profonds liés à l’essence même de l’univers. Ils parlent des énergies qui sont dans le cosmos, dans les choses, dans l’homme et de la possibilité de communication entre eux. Ils traitent des possibilités de les utiliser pour guérir, pour le bien-être de la personne et pour améliorer la connaissance du monde.


Au 20ème siècle, la pensée occidentale a changé, une grande révolution dans le domaine de la physique théorique a bouleversé la façon traditionnelle de voir et a envahi tous le domaine de la pensée en apportant une vision merveilleusement unitaire du monde, il s’agit de la théorie quantique. Par celle-ci, la distinction entre matière et énergie est abolie et toutes les barrières entre les physiciens théoriques, les philosophes, les mystiques, les psychologues se sont abattues pour arriver à une vision unitaire du monde dans laquelle l’énergie a un rôle fondamental. C’est une aventure commencée par Albert Einstein, continuée par Planck et d’autres scientifiques qui ont amené à la découverte de la dimension quantique. En partant de cette théorie, on peut affirmer aussi de façon scientifique que tout type de réalité existante a en elle une énergie, sous une forme et une typologie diverse. La matière, les forces de la nature, la psyché et les idées sont différentes qualités d’énergies qui prennent différentes formes, mais sont des expressions d’une réalité unitaire unique.


Il en découle qu’il doit exister la possibilité de passer d’un type d’énergie à un autre, qu’il est donc possible d’opérer une transmutation.


La dimension quantique

C’est un concept qui échappe à une vérification immédiate de la réalité par les cinq sens, parce qu’il est hors de l’expérience habituelle. En fait, la vision dite « classique » de l’univers est basée sur la pensée philosophique dualiste de la séparation entre l’esprit et la matière, entre le corps et l’âme. Elle conçoit le monde comme étant constitué d’une multitude d’objets différents faits de matière inerte et réunis ensemble comme dans une immense machine, comme on le voit communément avec les yeux. C’est la vision newtonienne – cartésienne, une vision dans laquelle le monde apparaît comme une grande partie de billard, avec une distinction nette entre le plein et le vide, entre la matière et l’espace, où tout est rigoureusement prédéterminé.


Mais, au début du 20ème siècle, survient A. Einstein, un grand penseur moderne, qui pose les bases de la vision quantique. Il créa la « Théorie de la relativité », dont les aspects fondamentaux peuvent se résumer ainsi.


Premier élément : le temps n’est pas une dimension séparée, mais est connecté à l’espace comme une espèce de « quatrième dimension ». On ne peut plus parler de l’espace si

on ne parle pas du temps. Il n’y a pas de scénario immuable dans un temps absolu, mais espace et temps sont relatifs à l’observateur.

Deuxième

élément : la masse est une forme d’énergie, un objet a une énergie

emmagasinée dans sa masse, déterminable par la fameuse équation : E = m x c2. Dans cette équation, la vitesse de la lumière (c) devient la constante de transformation entre l’énergie et la matière.


En continuant sur ce thème, d’autres études découvrirent les caractéristiques bouleversantes du monde atomique et subatomique et définirent les éléments de la théorie quantique dans laquelle cette corrélation entre matière et énergie est appliquée sous divers aspects.


L’élément fondamental est le « quantum » qui devient une espèce de constante de l’univers dont la nature est à mi-chemin entre l’abstrait et le concret.


On peut commencer à expliquer en partant du comportement de la lumière qi peut avoir l’aspect d’une particule ou d’une onde vibratoire. Dans la physique classique, ce sont deux aspects bien distincts et les physiciens ont pu voir et étudier la lumière sous ces deux formes. Dans un appareil photo, la lumière qui entre dans l’objectif en passant par la lentille subit des phénomènes de réfraction comme toutes les ondes électromagnétiques, mais quand elle arrive sur la pellicule photosensible, pour expliquer comment elle réussit à modifier les molécules chimiques, il faut considérer la lumière comme une particule dotée d’une masse. Le passage de la forme d’une onde à celle de particule n’arrive pas de façon continue mais « par sauts » appelés quantiques ou, dans le cas de la lumière, photoniques. Dans les observations des physiciens, on ne peut déterminer la masse du photon et son énergie, parce que ce sont deux réalités, deux dimensions distinctes ; il faut faire un « saut quantique » pour passer d’une dimension à l’autre. Le quantum n’est pas une particule matérielle parce qu’il est privé de masse, mais il sert à déterminer le passage d’une forme à l’autre, de la forme d’une onde à celle de particule. Le quantum permet la transformation de la matière à la non-matière.

Tout cela nous montre que la signification de la matière et du corps solide est totalement à revoir. L’atome, avec beaucoup d’approximation, peut être représenté comme un noyau de charge positive autour duquel se trouve un seul électron chargé du signe opposé, entre les deux particules, il y a une répulsion et une attraction et ceci fait que l’atome reste uni.


L’homme quantique

Notre corps est également fait de matière, mais il a aussi une capacité extraordinaire de sentir, de ressentir des émotions, d’avoir des pensées qui sont tous des formes d’énergie. L’homme est fait d’appareils très sophistiqués comme le système nerveux, le système immunitaire et hormonal, où agissent les neurotransmetteurs et les hormones. Tout cela est fait de matière, alors que les émotions sont des énergies pures, elles ne sont pas faites de matière, mais elles peuvent s’exprimer à travers le corps, grâce aux neurotransmetteurs qui activent les différents appareils. Par eux, il y a la matérialisation de la pensée, l’idée se traduit en impulsion qui arrive des cellules. On peut dire que la pensée entre dans la matière par la dimension quantique : énergie pure placée au-delà de l’espace et du temps, par une merveilleuse transmutation, entre dans la matière de notre corps, active les neurotransmetteurs et produit d’innombrables effets sur les cellules du corps. Ceci est possible parce que la matière est liée à l’univers où les dimensions sont multiples. Les sauts quantiques permettent de passer d’une dimension à l’autre.


Les différents modèles de transmutation

Tous les peuples humains ont toujours adopté des modèles énergétiques pour expliquer le fonctionnement des organismes vivants et de l’univers. Les théories élaborées sont infinies et embrassent toute l’histoire de l’homme. Pour citer les plus fameuses, on peut partir du chamanisme, en continuant par le yoga indien, la cabale hébraïque, la mystique chrétienne, jusqu’à arriver à la théorie de la sublimation de la libido proposée par Freud, où le modèle énergétique a l’aspect d’une hypothèse scientifique. Il existe aussi des modèles tirés de la doctrine ésotérique qui décrivent le corps comme un champ d’énergie irradiante, avec des circuits énergétiques concentrés, alimentés par l’énergie solaire, dotés d’un système d’antennes capables de capter et reconnaître la qualité de l’énergie provenant des autres corps.


Un modèle énergétique pour le système Biodanza

Selon le modèle proposé par la Biodanza, l’organisme tire de l’énergie des substances organiques que nous mangeons. Il existe un processus très délicat, appelé Cycle de Krebs, qui transforme l’énergie chimique en énergie biologique sous la forme d’une molécule appelée ATP. Cette énergie biologique est la base des processus vitaux. Grâce à elle, la cellule vivante arrive à grandir, à bouger et à accomplir toutes les activités qui lui sont propres.


L’énergie contenue dans les cellules, quand celles-ci sont structurées en systèmes complexes comme le corps humain, s’exprime sous des formes très articulées et sophistiquées qui donnent à l’énergie même une qualité et des caractéristiques nouvelles. Par exemple, l’énergie de l’ATP insérée dans le système endocrinien produit les hormones et celle insérée dans le système immunitaire produit les anticorps et active les lymphocytes. Les hormones à leur tour modulent les cellules spécifiques auxquelles elles sont attachées et les rendent capables de fonctions importantes. Il y a ainsi différents niveaux d’expression de l’énergie, selon un modèle de complexité croissante. Il y a une mutation de qualité : L’énergie biologique de l’ATP devient hormones, neurotransmetteurs, anticorps ; elle se transforme ensuite en organe actif capable de grandir et accomplir des fonctions vitales, jusqu’à devenir l’énergie que l’homme a et sent avec ses systèmes de perception et d’action. Elle arrive ainsi à être transmutée en impulsion instinctive et en émotions, une vraie force de la nature dans l’homme, qui le rend capable d’être et d’exprimer son « humanité ». Cette énergie liée à l’instinct et à l’émotion est appelée par Rolando « vivencia », terme repris du philosophe allemand Dilthey.


L’essence de l’énergie de l’homme : la vivencia

C’est elle la forme la plus pure de l’énergie de l’homme, « l’essence originaire de l’être humain ». Vivencia est un terme espagnol intraduisible qui exprime cette forme d’énergie vivante canalisée dans le corps qui arrive aux organes et les modifie, englobant le cerveau émotionnel et influençant aussi sur l’état de conscience.


La vivencia produit les conditions psychophysiques de l’organisme appelées émotions dans lequel est impliqué le système neurovégétatif qui modifie le battement du cœur, la transpiration, l’ouverture de bronches, le péristaltisme, l’érection du pénis, etc.

Avec la vivencia, on est hors du temps et de l’espace, on est en contact avec l’essence la plus vraie de soi et avec la dimension cosmique. Cela démontre le contact entre la vie organique et la dimension quantique. Dans la vivencia, les énergies biochimiques s’expriment à des niveaux plus grands, plus fins et plus sensibles. L’énergie des molécules se traduit en énergie psychique capable d’amour, d’affect, capable de créer et de se mettre en contact avec le cosmos.


Rolando Toro a regroupé toutes les manifestations de cette énergie humaine en cinq catégories fondamentales et les a appelées « lignes de vivencia ». Ce sont des canaux par lesquels les potentialités d’expression de l’énergie se manifestent, ce sont : la vitalité, la sexualité, l’affectivité, l’affectivité et la transcendance, bien connus de ceux qui pratiquent la Biodanza.


Les niveaux énergétiques en Biodanza

Les lignes de vivencia, ces formes naturelles de l’homme par leur nature même, sont destinées à grandir et à se développer, tant en qualité qu’en quantité, en s’influençant réciproquement dans un processus de transmutation de caractère biologique. On part du patrimoine génétique, fruit d’une très longue évolution phylogénétique, dans laquelle l’énergie est seulement informations et potentialités. Puis, par des conditions de développement et d’environnement favorables, l’énergie chimico-biologique s’organise de façon toujours plus complexe et efficace pour l’homme. Les conditions acquises dans ce développement se fixent dans l’individu, dans sa « mémoire », et vont constituer l’inconscient personnel, collectif et vital.


On parcourt ainsi un chemin qui va du chaos à l’intégration, de l’indéfini au défini et qui permet d’améliorer les conditions de l’homme en l’amenant de la souffrance à la joie, de la maladie à la santé et qui constitue le processus de transmutation de la Biodanza, que Rolando a synthétisé dans un schéma très clair :


Comment change-t-on avec la Biodanza

de Rolando Toro



Dans ce schéma sont indiqués quinze niveaux d’évolution, en fait pour chaque ligne de vivencia sont présentés trois degrés de changement. Les lignes de vivencia ont été mises en progression croissante selon les niveaux plus complexes de manifestation énergétique qui vont de la vitalité à la transcendance et qui en se combinant avec les trois niveaux de changement forment quinze stades d’évolution qui représentent autant de situations énergétiques du modèle de la Biodanza.


Ce sont des manifestations d’une énergie intérieure qui a des répercussions extérieures sur les capacités de l’individu et sur des comportements visibles. Rolando l’a illustré dans un schéma à échiquier, je propose de le mettre dans un schéma en spirale, qui représente mieux de façon visuelle le concept d’expansion, d’évolution et de récursivité propre à la Biodanza. Les cinq lignes de vivencia sont reparcourues trois fois à des niveaux d’expansion croissants, en créant ainsi un parcours avec une séquence numérique de un à quinze, qui est illustrée sur la figure.

Une telle séquence ne représente pas un parcours obligatoire, une succession fixe comme un voyage avec une rue unique, mais est considérée de façon systémique. Une étape peut arriver en en sautant une autre, cela peut être une séquence personnelle composée de façon différente mais il y a des points fondamentaux à passer et il faut savoir qu’il faut passer par là. Il est surtout important de savoir que c’est une évolution bien clairement développée. De cette façon, j’ai mis en séquence ces niveaux en donnant un nom synthétique et une brève illustration de l’état énergétique du niveau.




Séquence des niveaux énergétiques en Biodanza

1. INTÉGRATION MOTRICE. Les mouvements deviennent intégrés, les différentes parties du corps bougent avec symétrie et harmonie, il y a souplesse et capacité de bouger au rythme de la musique. Elle augmente la sensation subjective d’énergie vitale, le corps augmente sa capacité d’accomplir toutes les fonctions biologiques.


2. ÉPROUVER DU PLAISIR ET DU DÉSIR. La capacité d’éprouver du plaisir devient un aspect normal de la vie, sans sens de culpabilité. Elle devient une réalité importante de la vie qui donne de la force au développement et à la croissance personnelle. Tous les sens de l’homme explorés dans leurs capacités aident l’expérience humaine et font tendre vers le beau et le sublime. En laissant de l’espace aux sensations positives, du plaisir cénesthésique de notre propre corps au plaisir érotique, on améliore l’intégration et sa sensation d’estime de soi.


3. EXPRIMER DES ÉMOTIONS. On réussit à prendre contact avec les émotions, on est capable de les laisser fluer et on trouve des canaux expressifs par les actions créatives comme la danse, le chant, la poésie, la peinture et la sculpture. On a le courage d’exprimer ce qu’on éprouve, en partant des petits gestes quotidiens comme parler, regarder, rougir et on n’a pas peur des pleurs quand elles sont libératrices. Exprimer les émotions a un grand pouvoir de prendre contact avec sa propre identité et améliorer la santé parce que cela libère l’énergie instinctive.


4. AFFECT POUR L’AUTRE. On réussit à éprouver de vrais affects pour l’autre si on partage les émotions des autres par la solidarité qui existe entre l’espèce humaine. Ceci est beaucoup plus que la simple compréhension qui engage seulement l’aspect mental. Les relations qui partent de l’émotion sont beaucoup plus durables que celles qui partent des idées mentales, parce que celles-ci sont sujettes à se terminer quand l’image mentale révèle des contradictions avec la réalité. Une relation d’affect vrai est toujours nutritive pour la personne, il peut y avoir des relations non nutritives qui deviennent « toxiques », où la relation se maintient pour des raisons qui viennent du mental et les émotions sont surtout négatives. Dans ce premier niveau d’affectivité on acquiert la capacité de reconnaître les relations affectives toxiques et de les modifier ou de les interrompre. On acquiert de plus la capacité de participer à toutes les manifestations du groupe qui aident à établir des liens d’amitié et d’affect parmi les personnes.


5. PERCEPTION DE LA GLOBALITÉ

On arrive à concevoir que la réalité n’est pas seulement celle qui apparaît mais qu’il existe quelque chose en plus. On recueille les liens subtils existants avec l’humanité et avec la nature. On dépasse les barrières perceptives de notre égo pour arriver à une autre profondeur. La vie prend de nouvelles couleurs et de nouvelles nuances.


6. AUTOSTIMULATION SYSTÉMIQUE. A ce niveau, le corps est capable d’acquérir la régulation des trois systèmes intégrateurs de l’organisme : nerveux, endocrinien, immunitaire, avec une bonne image de soi et une bonne estime de soi. L’organisme est capable de rester sain en éliminant de nombreux symptômes psychosomatiques et exprime une forte motivation pour vivre.


7. CAPACITÉ A L’ORGASME. L’orgasme est l’expression maximale du plaisir érotique. Il est important d’arriver à l’orgasme pour une bonne sexualité. L’orgasme a aussi une composante de fantasmes de pénétrer et d’être pénétré qui facilitent l’union charnelle. Celui qui atteint ce niveau a dépassé les blocages qui causent la frigidité ou l’impuissance, a conscience de sa propre identité sexuelle et est capable de l’exprimer.


8. REFORMULER SA PROPRE EXISTENCE. La créativité arrive à investir la vie personnelle, on invente des solutions à des problèmes personnelles et on a l’énergie pour agir. On perd la peur du changement. La vie n’est plus monotone, mais devient une continuation d’actes créatifs et vitaux.


9. ACCUEIL GÉNÉREUX. La vivencia affective s’approfondit et se fixe dans le temps en arrivant à un sentiment qui devient durable. On acquiert un sentiment d’accueil et de générosité envers les autres, en dépassant l’égoïsme et l’individualisme. On acquiert l’équilibre entre donner et recevoir de l’affect. Ceci aide à garder la santé. En fait, le donner et le non recevoir cause des maladies somatiques, le recevoir sans donner cause des maladies psychiques.

10. CAPACITÉ DE TRANSE. La transe est un phénomène biopsychologique de perte de l’état habituel d’attention, on perd la conscience normale du temps, on est attentif à rien et on ne contrôle rien. Cet état amène à la régression qui est semblable à l’état des premiers mois de la vie, quand les limites entre le je et l’environnement s’évanouissent et ne sont pas bien définies. Cet état peut être accompagné de sensations corporelles de légèreté et de fluidité entre autres. L’état de transe est utile pour le processus évolutif, il aide à perdre le contrôle de l’égo et à se connecter avec l’univers, il donne une perception sensible autre que celle des cinq sens. Par exemple, en regardant une personne, on peut voir son âme au-delà des apparences.


11. RÉNOVATION BIOLOGIQUE. A ce niveau, la vitalité de l’organisme arrive au niveau cellulaire, le bon fonctionnement des systèmes d’intégration corporelle, guidé par la forte motivation pour la vie, favorise la rénovation cellulaire en réduisant le vieillissement et la dégénérescence cellulaire.


12. FUSION ÉROTIQUE. Le plaisir n’est pas seulement génital, mais mystique. On atteint l’extase par l’érotisme en arrivant au sens de fusion avec l’autre et avec le cosmos. On atteint la sensation que la vie est merveilleuse, on sent fortement à l’intérieur de soi la beauté d’être vivant et l’importance de la vie. De cette façon est acquise l’importance d’un rapport érotique qui produit cette extase. Il faut affiner la sensibilité de tous les sens et non s’arrêter au simple plaisir mais d’arriver à l’extase.


13. CRÉATION ARTISTIQUE. La capacité créative exercée et pratiquée en connaissant les techniques devient création artistique. On arrive à exprimer quelque chose qui a une valeur esthétique, quelque chose qui est doté d’une signification profonde, que les autres peuvent percevoir. On accomplit une action « divine ». Avec l’art, la matière inerte, les couleurs prennent vie, ils deviennent des messages pleins de contenu.


14. ACTION SOCIALE. Le sentiment d’accueil à ce niveau s’étend au-delà des parents, des amis et des collègues pour atteindre toute l’humanité. On sent la nécessité de faire une activité d’intérêt social, on arrive à aider celui qui souffre ou qui est en difficulté, même si on ne le connaît pas directement. Le plein développement de l’affectivité de la personne est l’engagement humanitaire et social, fait sens un retour économique. On rend concrets les liens qui unissent tout le genre humain.


15. EXTASE ET BÉATITUDE. On atteint l’expérience suprême avec l’accès à la dimension du merveilleux, c’est l’état d’évolution finale de la Biodanza qu’on peut acquérir avec la continuité de la vivencia et avec l’exercice guidé par un facilitateur expert. Ce n’est pas un état surnaturel, mais profondément humain. C’est un état qui fait partie de la nature de l’homme, il a besoin seulement d’exercice et produit l’élaboration d’un monde intérieur extraordinaire. Parmi les effets de cette expérience il y a la sensation d’un lien essentiel avec tout ce qui existe, le sens de plénitude, l’absence d’égo, le changement de valeurs, la perte de la peur de la mort, la sensation de consistance existentielle. Les sensations subjectives sont de joie indescriptible, de béatitude et elles sont parfois appelées orgasme cosmique.


Les modalités pour la transmutation de l’énergie en Biodanza

Les moyens utilisés sont très sophistiqués, complexes et simples en même temps. Ils partent d’exercices corporels qui ont la capacité d’intégration. L’intégration est la base de la méthode Biodanza, elle signifie arriver à une unité toujours plus grande, en dépassant toutes les divisions, à commencer par celles à l’intérieur de l’homme, celles des hommes entre eux, pour arriver à l’unité avec l’univers. Intégrer c’est compléter, dépasser les répartitions fermées, les spécificités particulières, c’est arriver à la perception unitaire de soi, sentir l’unité avec les autres au-delà des différences. Ceci s’obtient avec des exercices particuliers comme : la fluidité, la rencontre, la caresse et le contact, la transe et le travail sur les symboles.


Dans la fluidité, on permet le flux de l’énergie cosmique, on atteint le placement parfait de l’homme dans l’univers. Avec la rencontre, on réalise un changement d’énergie de l’un à l’autre, on crée des champs énergétiques d’intensité et de qualité différentes et toujours en rétroalimentation. Avec la caresse, il y a d’importants effets émotionnels et neurovégétatifs. Les sensations tactiles et cénesthésiques activent directement le système limbique et suscitent l’émotion en donnant une sensation de bien-être et de plaisir, activant l’hypothalamus qui stimule le système cardiovasculaire et les neurotransmetteurs et, par l’hypophyse, il stimule aussi la sécrétion d’hormones (spécialement sexuelles) et renforce le système immunitaire. Les sensations arrivent ensuite au cortex pour devenir conscientes et elles ont l’effet de diminuer le contrôle répressif de la conscience et de réduire l’autoritarisme. Avec les symboles, on opère à un niveau de vivencia profonde, sans impliquer le raisonnement rationnel mais la partie irrationnelle émotive, imaginative qi est la plus riche énergie psychique et la plus capable d’activer les processus évolutifs. Les symboles se fixent dans la mémoire psychique et accomplissent leur action de manière inconsciente.


Conclusion

La Biodanza est le fruit d’une sagesse cosmique, faite d’éternité et d’innovation, faite de simplicité et de complexité. Elle est un canal pour entrer dans le flux continu de la vie.


Sa méthode permet d’obtenir un processus merveilleux de transmutation énergétique qui, d’une façon simple et agréable, amène à la construction d’une identité intégrée. Avec les exercices de Biodanza, on peut transformer la peur en courage, la souffrance en plénitude, l’angoisse en harmonie, la violence en amour, la faiblesse en force, le déséquilibre organique en autorégulation, la décadence biologique en rénovation organique.


Focaliser l’attention sur ce simple modèle de transmutation proposé, aide à prendre conscience du chemin personnel et des objectifs à proposer, dans une vision panoramique et globale. L’image de la spirale est un symbole qui se retrouve dans les galaxies et dans l’ADN et sert à représenter le processus d’évolution sans fin dans lequel l’homme se trouve inexorablement et merveilleusement impliqué.

14 vues

Posts récents

Voir tout

Ecole de Biodanza Rolando Toro de Lyon, Association Vivre et Danser W691061660, ecolebiodanzalyon@sfr.fr +33(0)616861480

Mise à jour 12/10/2020

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Twitter Social Icon
  • Instagram